Mode pointue, buzz et vente en ligne : le business des fashionistas

Il existe un monde parallèle au votre, un monde ou le ridicule et l'original ne sont pas des freins à l'ascension sociale mais bien au contraire, des formidables vecteurs médiatiques : LA MODE.

La planète mode ne s'arrête jamais de tourner et de faire tourner les têtes, et ce deux fois par an pour les collections printemps-été et automne-hiver. À moins d'habiter dans une grotte, vous n'avez pas pu rater ces évènements car les chaînes de télévision se fendent même de quelques reportages pour couvrir les fashion weeks et les hordes de célébrités qui s'y rendent. Mais au delà de quelques tenues étranges « pénis apparent » (Rick Owens en 2015) et quelques ovnis stylistiques créés en imprimante 3D, les fashion weeks sont l'occasion pour les modeuses ­ comprendre les accros de la mode ­ de réactualiser leur garde‑robe et d'emplir les caisses des sites de vente en ligne.

 

Le fameux défilé Rick Owens, à l'origine de nombreux débats

Des sites spécialisés pour des clientes exigeantes
 

À l'instar d'Asos, Topshop, Whistles, Zara, Cos et New Look ; les sites de vente en ligne spécialisés dans la mode originale se développent de plus en plus afin de satisfaire une clientèle internationale prête à faire le pied de grue devant sa boîte aux lettres pour y recevoir les dernières tendances du prêt‑à‑porter.

Les modeuses sont aujourd'hui un pilier du e‑commerce, grandement influencées par le rythme effréné des collections et les dernières apparitions de stars iconiques de la mode. Il y en a pour tout le monde et tous les goûts : des tenues rock pointues de Kate Moss aux robes moulantes glamour de Kim Kardashian, toutes pourront acquérir les mêmes effets ou du moins les copies, à prix moindre sur le site de leur choix.

Car les modeuses ont de l'oeil, et fin : exit les vêtements chinois à bas prix, mal coupés, aux finitions imparfaites et trop petits, elles veulent des vêtements de qualité, originaux et pile dans la tendance. Quitte à y mettre le prix. Tous ces sites ont donc sauté sur l'occasion et proposent des modèles pour toutes les bourses, directement inspirés des derniers défilés.

De la production de masse et des pièces uniques

 

Pour satisfaire l'intégralité des modeuses ‑en herbe ou non‑ , les sites se sont mis à proposer de pièces à prix abordables ; tel Topshop ou encore Asos et New Look qui peuvent vous vendre un look original, bien réalisé, sans vous ruiner. Les promotions sont nombreuses, propulsées par le turn‑over infernal des collections et des saisons. La fidélisation des clientes est quasi‑immédiate au vu du nombre limité de vendeurs en ligne dans cette branche de la mode réservée aux filles qui n'ont pas peur de porter un sweat‑shirt avec une jupe à paillettes et des chaussures toutes droit sorties du futur.

Photo : Sandra Semburg

Ceux qui sortent encore plus du lot sont les sites de commerce en ligne proposant des pièces de créateur. Le prix n'a là, plus aucune importance ou presque ­ il suffira de revendre un sac mythique sur Vinted ‑ pour accéder aux tenues parfois uniques les plus décalées, pointues et proches du style des défilés. Qu'importe le prix indécent si l'on peut se faire repérer dans la rue par un chasseur de style !

Asos tire son épingle du jeu encore une fois en devenant une référence en étant le seul site à proposer des pièces abordables de sa marque, mais aussi des pièces de créateurs indépendants et des pièces vintage en servant de plateforme de vente.

 

Modeuses et créateurs, des influences réciproques

 

Il suffit de regarder la couverture médiatique des défilés à travers le monde pour se rendre compte que la planète mode est un monde à part où les spectateurs/modeuses/investisseurs/chroniqueurs y vont, quelques uns pour travailler, les autres pour se montrer. Tandis que les stylistes, petites mains et autres directeurs artistiques s'arrachent les cheveux pour terminer à temps, responsables d'investissements  de plusieurs millions d'euros, les autres prennent la pose dehors, sur‑stylés, ressemblant tour à tour à des humains du futur ou des poussins géants sous substances illicites, traqués par les flashes des photographes.

La mode se fait et se défait dans la rue, sans cesse en mouvement, en constante évolution. Les modeuses font leur marché dans les différentes pièces des collections, les assemblent, sortent avec, se font photographier, partagent cela sur Instagram en quête de likes et de reconnaissance ; et les créateurs et ­ surtout ‑ leur assistants suivent à leur tour la mode de la rue et le jeu des modeuses avec leurs habits chéris pour s'en inspirer les saisons suivantes. Un cycle sans fin qui fait tourner les têtes et qui ont conduit les sites vendeurs à faire fortune tout en faisant le bonheur des clientes.

Photo : Phil Oh

Car personne n'est dupe et chacun dans cette course folle a bien conscience que la mode est un monde éphémère et totalement défini par l'argent, et l'offre et la demande. Mais pourquoi se priver quand on peut en un clic accéder au dressing de ses rêves et ressembler (ou presque) à Cara Delevingne ou Rihanna ?

Oct 25, 2016